Bénin: plaidoyer pour une éducation sexuelle intégrée à la jeunesse  3


©agendao.com.br

©agendao.com.br

Au Bénin, parler sexe en famille est tabou. Même si les jeunes sont très à l’aise avec le sujet, ce n’est cependant pas le cas avec les parents. Sans doute parce qu’ils ne cernent pas encore eux-mêmes la notion d’éducation sexuelle ni son utilité. En réalité, l’éducation sexuelle est une notion très ambiguë, qui porte souvent à confusion. Pour lever la confusion, j’ai une définition à vous proposer.

Qu’est-ce qu’une éducation sexuelle ?

Avant de poursuivre, je tiens à préciser que l’éducation sexuelle n’est pas synonyme de pratiques pornographiques, au cas où certains d’entre vous avaient des idées perverses. Selon l’encyclopédie en ligne Wikipédia, « l’éducation sexuelle consiste à informer les jeunes de la sexualité et à transmettre un certain nombre de valeurs et de recommandations. Elle peut également avoir pour objet l’expression et la discussion autour des sentiments amoureux, des pratiques sexuelles et du respect mutuel. ». Bon, vu que la confusion est levée, passons à l’éducation sexuelle intégrée à la jeunesse.

L’éducation sexuelle intégrée à la jeunesse consiste donc à informer, à sensibiliser et à accompagner les jeunes dans le domaine sexuel en vu de réduire d’une part les risques d’infection liés aux MST, et d’autre part, les grossesse précoces et les avortements chez les filles.

Ici au Bénin, grâce au combat loyal de #Educfillemère de Stella Dokpodjo, une blogueuse béninoise, on se rend compte de l’importance d’une éducation sexuelle intégrée à la jeunesse. La réinsertion scolaire des filles-mères, combat que mène Akossiwa, montre que les grossesses sur les bancs sont un phénomène qui prend de l’ampleur. Elle mène certes un travail loyal mais une éducation sexuelle réduirait le taux de grossesses précoces et l’avortement chez les jeunes filles, ainsi que les risques d’infection liés aux MST chez les jeunes.

Parce ce que les jeunes constituent la relève, l’éducation sexuelle s’impose afin de corriger le tir et de limiter leur déscolarisation, surtout celles des filles. Pour ce faire, j’interpelle les autorités à divers niveaux pour que soient intégrés dans les programmes scolaires au Bénin, du primaire au lycée en passant par le collège, des cours d’éducation sexuelle et des centres d’orientation.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 commentaires sur “Bénin: plaidoyer pour une éducation sexuelle intégrée à la jeunesse